Ce site a été créé à Sa demande et est consacré à Ses Enseignements.

Main pageLinks

Sathya Sai Baba

Lire sur ce site:


Voir également:


Vidéo, Photo, Musique:


Autres langues:

Les Enseignements de Sathya Sai Baba

Il ne dit pas que Ses Enseignements sont nouveaux. Ses enseignements ne sont qu'une extériorisation de plus, pour nos contemporains, du même Message Divin que Dieu transmet depuis toujours à l'humanité par l'entremise de Ses Messagers. Ce Message s'appelle en sanscrit Sanatana Dharmala Loi Éternelle.

"Sanatana Dharma est la mère de toutes les religions, de toutes les normes éthiques et toutes les lois de l'univers", — dit Sathya Sai Baba. [7]

Lui — Sathya Sai Baba, est l'Avatar d'aujourd'hui. Il dit que bien que toutes les forces existantes dans l'univers soient contenues dans Sa Main, Il n'a pas l'intention de rendre tout le monde heureux, sans distinction. Car chaque homme a son propre destin (karma), qu'il a lui-même créé par ses actions et ses pensées, bonnes ou mauvaises. Ainsi, par nos actions présentes, nous créons notre future destinée.

Pour se sauver de ce précipice de souffrances, il faut vivre en amour envers Dieu et toutes les créatures, en amour — service au Créateur et par rapport aux autres. Le service aux gens, ce qui veut dire les aider à évoluer, c'est servir Dieu Lui-même.

Les ennemis principaux de l'homme, qui l'amènent au karma négatif, c'est son esprit mal orienté, ses émotions mal maîtrisées, où les émotions grossières et égoïstes prédominent.

Il est possible de surmonter ces difficultés en renforçant sa foi, et en orientant son esprit vers le Divin, ainsi que par des pratiques spirituelles, qui mettent en ordre, en premier lieu, les émotions, et qui aident à maîtriser l'esprit et la conscience.

Mais l'esprit, proprement dit, n'est pas un ennemi de l'homme. Au contraire, il est l'embryon de la sagesse (jnana). Il faut le faire évoluer par tous les moyens, en tant que fonction analytique et créatrice de la conscience.

Alors, pour nettoyer de son chemin les obstacles karmiques, il est indispensable de se repentir de tout crime, petit ou grand, fait à l'égard de toutes créatures vivantes. "Tous les péchés peuvent être purifiés par un repentir sincère! La Grâce de Dieu est bonne! S'Il veut pardonner, rien ne peut L'empêcher! Malgré les péchés de son passé, l'homme s'il éprouve un repentir profond et de l'amour envers Dieu — alors, il sera purifié de tout péché! La peur que cela ne se produise est une faiblesse! La compassion de Dieu est infinie, recherchez Son Amour — et vous y trouverez le pardon!" [2].

"La discipline la plus importante est la recherche de ses propres défauts et faiblesses, nous devons tenter de nous en débarrasser afin de devenir plus proches de la Perfection!" [6].

Dans le but de raffermir l'orientation de l'esprit vers Dieu, — Sathya Sai Baba recommande d'utiliser tous les moyens possibles, par exemple, de répéter les noms de Dieu, participer aux offices glorifiant Dieu, etc.

La foi — est la première étape. La deuxième étape dans cette direction est l'amour envers Dieu. Mais comment est-il possible d'aimer Celui, qu'on ne connaît pas encore? C'est pourquoi des Maîtres Divins viennent sur Terre pour aider les hommes. Le Non manifesté Se fait voir sous une forme compréhensible pour l'homme. L'amour envers le manifeste est plus compréhensible pour un homme incarné.

Mais les hommes doivent également comprendre que Sathya Sai Baba n'est pas seulement dans Son corps, Il est partout où on a besoin de Lui. Ainsi, il n'est pas nécessaire pour le contacter d'aller à Son ashram, il est tout à fait possible de Lui parler sans sortir de chez soi.*

Sathya Sai Baba enseigne qu'il n'y a qu'un seul Dieu pour tout le monde. Il ne faut pas se diviser selon telle ou telle confession. Laissons tout le monde utiliser leur culte traditionnel et vénérer ainsi le Dieu Unique de l'Univers.

Ce qui nous différencie, ce n'est pas la foi ou la nationalité, mais le niveau de culture spirituelle. Par exemple, — Il dit en s'adressant aux étudiants d'un collège, — étant donné le principe de l'égalité. Vous épousez une femme musulmane, qui est habituée à manger de la viande, c'est une tradition de sa famille. Que se produira-t-il? Des conflits, de la discorde?

Mais Sathya Sai Baba ne veut pas que les gens soient en mauvais termes l'un avec l'autre à cause de différences au sujet de la nutrition: laissez les gens séculiers manger de la viande. Mais si vous êtes engagé sur le Chemin spirituel — alors, l'aspect éthique de l'alimentation doit être respecté à la lettre!

Il n'est pas possible de s'approcher de Dieu sans un amour parfait, car Il est l'Amour Lui-même, et ne laisse s'approcher de Lui que ceux qui Lui sont pareils. Le principe essentiel de l'Amour est la Compassion envers toutes les créatures — des plantes aux animaux — jusqu'aux Messagers Divins.*

Quant à l'utilisation des poissons, Sathya Sai Baba fait remarquer que ces animaux meurent aussi dans la souffrance.

Un beau jour Sathya Sai Baba a envoyé en "ermitage" dans les montagnes un groupe de Ses dévots. L'objectif de cet "ermitage" était une pratique méditative. Pour que les dévots ne perdent pas de temps à rechercher de la nourriture, Il leur a offert un pot, où ils découvraient chaque jour assez de nourriture qu'Il matérialisait pour eux. Qu'y avait-il comme menu? Du riz, des légumes, des fèves, des fruits, des jus, et avant de dormir, chacun recevait un verre de lait. [1]

La nourriture "sans tuer" favorise la purification de l'esprit et de la conscience. Si l'on se réveille tôt le matin et se couche aussi tôt le soir cela aide aussi à cet égard. La deuxième chose que le néophyte doit respecter, est de cesser de porter attention sur les défauts des autres. Chaque homme est potentiellement Dieu. Voyez Dieu en chacun. Aimez tous, voyez-les comme une manifestation de Dieu pour vous! Je vous instruis en utilisant les caractères positifs et négatifs des autres.

Les gens diffèrent par les qualités de leur "égo" individuel.

Il y a les âmes qui sont tombées dans la dégradation et qui sont attirées par le mal. Elles sont capables de faire du mal gratuitement, sans aucune raison. C'est leur nature, comme celle de la mite: elle mange et détruit les choses — Cela lui est égal: elle peut manger un torchon ou bien un sari qui coûte cher. [8]

Même de telles personnes sont des instruments de Dieu dans le processus de l'Évolution de la conscience. Par leurs exemples, ils nous montrent ce qu'il nous faut éviter de faire; et connaître ainsi la différence entre le bien et le mal. Ils pourront, ayant abandonné le mal, s'engager sur le chemin du bien, vers la Perfection, la Réunion avec Dieu. L'homme doit savoir, comment il ne doit pas être, aussi bien que comment il doit être. Sans connaître le mal, il est très difficile de connaître le bien.

Les mauvaises personnes sont utilisées par Dieu pour corriger l'évolution des vrais sadhaks (guerriers spirituels). Particulièrement, Dieu rappelle ainsi aux sadhaks que la mort est imminente, Il affermit leurs vigilances afin qu'ils ne se relâchent pas sur le Chemin.

La Mort et Dieu, voilà deux des jalons principaux pour tous les hommes incarnés — dit Sathya Sai Baba.

Les gens qui font le mal se préparent à un séjour en enfer et à des souffrances dans leurs prochaines incarnations. Mais ils ont eux aussi une chance à la délivrance: de se raviser et de se repentir. Le repentir, c'est une contrition réfléchie qui dispense des vices.

Concernant sa correction éthique, voici ce que dit Sathya Sai Baba [8]:

Ceux qui cherchent la béatitude en l'Atman, ne doivent pas rechercher le plaisir des objets matériels.

Tout comme le corps est inutile sans souffle et commence à pourrir et à sentir mauvais, la vie sans Vérité est inutile et devient un récipient de chagrins et de souffrances.

Croyez, qu'il n'y a rien de plus important que la Vérité, rien de plus précieux, de plus doux, de plus stable!

Dieu qui est Sathya, offre Son darshan (la possibilité de Le voir) à ceux qui disent la vérité et qui ont un cœur pur.

Gardez la bonté infinie envers tous les êtres, et soyez prêt au sacrifice de vous-même!

Vous devez aussi contrôler vos indriyas avoir un caractère stable et vous débarrasser de tout attachement.

Prenez garde aux péchés suivants: 1) mensonges, 2) médisances, 3) calomnies, 4) verbiages, 5) meurtres, 6) adultères, 7) vols, 8) ivrogneries, 9) mangers de la viande, 10) les désirs sexuels excessifs, 11) colères, 12) avidités, 13) attachements "matériels", 14) intolérances, 15) haines, 16) égoïsmes, 17) l'orgueil et la fierté.

Avant tout, il faut vous débarrasser de la jalousie face aux succès des autres et ne pas leur souhaiter du mal. Soyez heureux, si les autres sont heureux! Compatissez avec ceux qui sont dans l'adversité et souhaitez-leur de la chance. C'est l'un des moyens de développer en soi un amour envers Dieu.

La patience est une force, dont l'homme a besoin!

Ceux qui cherchent à vivre dans la joie doivent faire toujours le bien!

Il ne faut jamais répondre par des injures, il faut les éviter; c'est pour votre bien. Il faut rompre toute relation avec ceux qui emploient des injures!

Cherchez la compagnie de bons hommes, même au prix de votre situation et de votre vie. Priez Dieu afin qu'Il vous donne la bénédiction de savoir faire la distinction entre les hommes bons et les mauvais. Pour cela vous devez faire preuve de discrimination à l'aide de l'intellect qui vous a été donné.

Les conquérants qui s'octroient des états et de la célébrité sont glorifiés comme des héros; mais seulement ceux qui réussissent à maîtriser leurs indriyas, sont de véritables héros, qu'on doit glorifier comme les rois de l'univers!

Quelles que soient les actions de l'homme, bonnes ou mauvaises, elles sont suivies de leurs conséquences, qui viennent toujours après.

L'avidité engendre le chagrin; le contentement est ce qu'il y a de mieux. Il n'y a pas de bonheur plus grand que celui du contentement!

La tendance à faire du mal doit être arrachée jusqu'à la racine! Si on la laisse exister, elle détruira la vie!

Soyez courageux dans les pertes et les chagrins!

Tentez d'atteindre prochainement la joie et l'aisance!

Dès maintenant, rejetez les mauvaises habitudes!

Ne perdez pas de temps, ne remettez pas les choses à plus tard, ce ne vous serait d'aucune utilité!

Faites tout en votre pouvoir afin d'aider les pauvres qui sont vraiment dans la misère. Offrez-leur de la nourriture, rendez-les heureux au moins l'espace d'un instant.

Ce que vous n'aimeriez pas qu'il vous soit fait par les autres, ne le faites pas subir aux autres vous-même!

Repentez-vous sincèrement de vos erreurs et de vos péchés, commis par ignorance, cherchez à ne pas les répéter! Priez Dieu afin qu'Il vous donne force et courage afin de suivre le bon chemin!

Ne laissez pas s'approcher de vous ceux qui peuvent refroidir votre ardeur et votre enthousiasme pour Dieu. Le manque de zèle peut affaiblir l'homme.

Ne laissez pas la poltronnerie vous saisir! Ne renoncez pas à la félicité!

Ne vous gonflez pas d'orgueil, si on vous vante! Ne soyez pas chagriné, si l'on vous critique!

Si parmi vos amis il y en a un qui en déteste un autre et cherche la querelle, ne jetez pas d'huile sur le feu! Au contraire, essayez de rétablir leur amitié avec de l'amour et de la bienveillance.

Au lieu de chercher les défauts des autres, cherchez à découvrir les vôtres! Vous devez les éradiquer! Il vaut mieux trouver un seul de ses défauts, que d'en trouver des centaines chez les autres!

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas faire de bonnes actions, alors la moindre des choses est de ne pas en faire de mauvaises.

Quoi qu'on dise à propos de vos défauts s'ils ne vous appartiennent pas, — ne vous en faites pas! Pour ce qui est des défauts que vous avez, il vous faut les corriger vous-même, avant que d'autres vous le fassent remarquer.

N'entretenez pas de colère ou de rancune pour ceux qui vous font remarquer vos défauts, ne répondez pas en leur montrant les leurs, mais exprimez-leur votre reconnaissance.

Essayer de faire prendre conscience aux autres de leurs défauts est une grave erreur!

C'est bien, de connaître ses défauts, mais c'est mal d'en chercher chez les autres.

Si vous avez un peu de temps libre, ne le passez pas en bavardage inutile, mais utilisez-le plutôt pour méditer et vous rapprocher de Dieu ou pour aider les autres.

Seulement le Bhakta (celui qui aime Dieu) comprend Dieu; Seulement Dieu comprend le bhakta. Les autres ne peuvent les comprendre. Alors, ne discutez pas des choses concernant Dieu avec ceux qui ne sont pas des bhaktas.

Si quelqu'un vous parle d'un sujet qu'il a mal compris, ne portez pas attention à ces vues erronées, mais portez seulement attention aux bonnes choses sortant de sa bouche.

Si vos voeux matériels ne sont pas réalisés, ne vous plaignez pas de l'Amour de Dieu: il n'y a aucun rapport entre cette sorte de vœux et l'Amour de Dieu!

Si vos méditations n'avancent pas comme vous le souhaitez, ne soyez pas découragé!

Quand des états pareils surviennent, cherchez-en plutôt la cause!

C'est seulement lorsque vos actions de tous les jours seront automatiquement en accord avec ces règles, que vous pourrez facilement connaître Dieu! Alors, tenez-vous-en à ces règles fermement!

D'ailleurs, Sathya Sai Baba dit que tous les enseignements éthiques peuvent être contenus en une simple phrase du Vyassa: "Aide* toujours, ne nuis jamais".

L'ultime mission de l'homme est de connaître son Soi Supérieur qui est l'Atman, le Paramatman, le Créateur.

Mais pour cela, notre "petit moi" qui se manifeste par l'intermédiaire de notre égo et qui est créé par notre mental, doit être éliminé.

Le mental — dans ce contexte — est la partie de la conscience qui est occupée par les désirs "matériels".

Les désirs ne sont pas les pensées. Les pensées se transforment en désirs, si elles s'attachent aux objets.

Les désirs orientés vers les objets matériels sont cause de plaisirs et de souffrances. Mais s'ils sont orientés vers Dieu, alors on éprouvera de la paix et de la sérénité! [2]

La capacité de penser correctement doit être développée par des actions "matérielles". Plus tard, elles peuvent être transformées en la fonction de bouddhi. Pour cela "les tentacules" de la conscience (indriyas) doivent être réorientés des objets du monde matériel, même les meilleurs, — à la Conscience Divine.

La pensée d'un tel homme évoluant ainsi dans toutes ses activités se développe à un autre niveau, beaucoup plus élevée, car il apprend, peu à peu, à voir les problèmes "matériels" par les yeux de Dieu. Son égocentrisme se transforme petit à petit en Dieucentrisme.

Comment se départir de ces vicieux états de pensée, qui freine l'avancement? — C'est très simple: ne cherchez pas à les "étouffer", pensez à Dieu, tout simplement! La nature de la pensée est telle qu'elle doit s'occuper à faire quelque chose, — alors, faites-la s'occuper de Dieu! Quand elle s'occupe de Dieu, elle s'arrête. [2]

Si vous n'arrivez pas à faire ceci, alors occupez votre mental en le faisant répéter les noms de Dieu ou en utilisant d'autres moyens constructifs.

Un mental non maîtrisé est comme un serpent. Il a deux tendances: il ne se déplace jamais en ligne droite et attrape tout ce qu'il voit. Mais on doit le forcer à aller droit vers Dieu, le tourner entièrement vers Lui.

Quand la progression de l'homme ne passe plus par l'entremise de son mental, mais par la Conscience Supérieur, alors, la bouddhi s'immerge en Dieu pour devenir Lui.

Ceci est, pourquoi il est important de prendre l'habitude, d'être toujours tourné (la conscience) vers Dieu. [2]

Il y a deux choses principales, dont il faut se souvenir toujours: la mort future et Dieu. Et il y a deux choses qu'il faut oublier: le mal qu'on vous a fait et le bien que vous avez fait aux autres.

"Bien sûr, il faut toujours se rappeler la mort, car cela nous aide à poser des gestes bienfaisants et nous aide aussi à éviter de faire le mal" [2].

"Le Temps est la chose la plus précieuse en ce monde. Ne le perdez pas en vain en paroles inutiles ou en faisant de mauvaises actions!… Il ne faut pas perdre son temps!… Il n'attendra personne. … Il est impossible de rattraper le temps perdu… Personne ne sait quand le jour de sa mort sonnera. Le temps peut mettre fin à votre vie à tout moment…

Dans vos actions vous devez démontrer une attitude héroïque, et non pas être faible et sans volonté!

Le souvenir constant de sa mort nous amène à "une fermeté inébranlable" [7].

"Devant la mort, la position sociale, l'orgueil, et le pouvoir s'évanouissent. Réalisant ceci, essayez jour et nuit, avec la pureté du corps et de l'esprit, de réaliser votre Moi Supérieur par la voie du service à toute la Création!

"Le corps devrait être entretenu comme un instrument nous permettant d'atteindre notre but.

Mais rappelez-vous que vous n'êtes pas ce corps, et que ce corps n'est pas vous." [7]

"Ce corps n'est qu'un instrument, un outil que Dieu nous a offert. Utilisez-le selon Sa Volonté" [7].

Il faut prendre soin de son corps: c'est un instrument nous permettant d'évoluer, vers sa Nature Divine. Il faut le laver, bien le nourrir, le soigner, s'il est malade; à ces fins il n'y a aucune contre indication d'utiliser des médicaments ou autres types de traitements. [2,7]

La nourriture ne devrait pas être un moyen de rechercher du plaisir! La nourriture devrait être comme le carburant d'une voiture. C'est un élément indispensable au service de Dieu.

Se souvenir de la mort qui approche à grands pas devrait nous presser et non pas nous paralyser dans des états de tristesse ou de désespoir.

Au contraire, aider les autres, avoir des discussions constructives avec des amis spirituels, progresser sur le Chemin de la perfection, tout cela doit nous réjouir et nous faire éprouver de la joie et du bonheur.

"Le bonheur est essentiel pour la Réalisation Divine… C'est l'une des grandes portes menant à Dieu. Si l'homme n'est pas heureux, ce n'est pas qu'un simple obstacle. C'est l'un des plus grands obstacles sur le chemin de la Réalisation!

"Dans la plupart des cas les gens sont malheureux à cause de leurs aspirations matérielles, leurs attachements, leurs plaisirs: ils s'intéressent trop aux choses matérielles.

"Afin de se débarrasser de ce défaut, on doit comprendre toute la gravité de ce défaut. On doit comprendre que les désirs matériels sont sans fin, tout comme les vagues sur l'océan!" [2].

Dans la plupart des situations, la raison de la souffrance est que c'est seulement par elle que Dieu peut nous convaincre de retourner à l'intérieur de nous même dans les profondeurs des structures multidimensionnelles de notre organisme, de la nécessité de l'introspection. Sans cela, ces gens ne pourraient jamais se débarrasser de leurs souffrances! Dieu est à l'intérieur, tout au fond de nous! De là,* Il guérit. [2]

"C'est seulement lorsque vous vous êtes éloigné de la vérité, que les douleurs et les souffrances vous atteignent.

"À distance du bazar, on n'entend que du brouhaha. Mais si on s'en approche et qu'on y entre, alors on saisit très bien ce que disent les marchands.

"De même, tant que vous ne connaîtrez pas la réalité Suprême, vous resterez stupéfié et écrasé par le vacarme du monde. Mais dès que vous entrerez à l'intérieur du royaume spirituel, alors tout deviendra clair, à l'intérieur de vous se réveillera la connaissance de la réalité. Mais jusqu'à ce que cela se produise, vous serez toujours pris dans le bruit absurde d'arguments, de discussions et de l'exhibition flamboyante des richesses de ce monde.

"Tous ceux qui cherchent à atteindre l'Éternité par voie de la bhakti (un amour dévoué envers Dieu), doivent s'efforcer de développer les qualités suivantes: il doivent s'écarter de l'agitation, de la cruauté et du mensonge de ce monde et pratiquer la vérité, la droiture, l'amour et le calme. Cela est le vrai Chemin de la bhakti!

"Ceux qui cherchent à s'unir à Dieu, ceux qui souhaitent du bien au monde doivent rejeter les louanges et les critiques, les jugements positifs ou négatifs, la prospérité ou la pauvreté… Personne, même pas Dieu ou un Avatar ne peuvent échapper à la critique et aux accusations. Mais Eux, Ils n'en ont pas peur". [7]

"L'homme doit prier afin d'avoir de nouvelles possibilités de servir et se réjouir, lorsque cela se produit. Cette attitude donne beaucoup de joie. Mener une vie pleine de cette sorte de joie est en soi la félicité!… Si la vie est ainsi vécue, alors la vie devient un service permanent à Dieu. Les notions de "moi" et "toi" disparaissent, toute trace de l'égo sera détruite". [7]

"De nombreux disciples et ermites, beaucoup de sadhaks et sannyasis ont perdu leurs réalisations, obtenues après des années de luttes et de sacrifices, à cause de leur attachement au "moi" [7].

"Quelle que soit la beauté de la parole, quelle que soit la scolarité — cela ne sert à rien. Pour réaliser le Message… dans la vie quotidienne, il faut en finir avec le sentiment de "je sais", il faut découvrir l'Essence elle-même et La contempler. C'est à cette condition que la félicité est accessible…

"Cependant, si la conscience du "Moi" engendre la fierté,… la chute est inévitable…" [7].

Le service aux autres selon les principes du karma yoga non seulement fait progresser l'homme dans tous ses aspects et nettoie leurs karmas, mais s'il est fait avec une attitude correcte, C.-à-d., si l'on se sent serviteur de Dieu, cela nous amène à une union progressive de soi vers le Divin.

"Dans une famille, chaque personne accomplit sa propre tâche. Dans la soirée, quand tout le travail est fini, personne ne dit: "Papa, j'ai fait ceci et cela, tu dois me payer". C'est une famille, c'est pourquoi ne demandez pas d'être payés pour votre travail, faites-le tout simplement.

"Mais s'il vient quelqu'un chez vous pour y travailler, vous fixez d'abord le prix et vous le payez. Le fait que vous payez quelqu'un montre que celui-ci n'appartient pas à votre famille.

"Mais quand il devient votre proche, il ne devient plus nécessaire de le payer. Il travaille de bon cœur, il n'attend rien en retour de son travail.

"Avec Dieu — c'est la même chose. Si vous êtes conscients que Dieu vous est le plus cher et le plus proche, que vous êtes de la même famille, vous ne demandez pas à être payé. Celui qui se donne complètement à Dieu est à Moi! Il ne devrait pas attendre de récompense.

"Mais si quelqu'un dit: "J'ai dédié beaucoup de temps à la sadhana" et établit des relations d'échange avec Dieu en disant en même temps: "Lors de la sadhana j'ai fait ceci et devrais être récompensé" — alors, c'est tout à fait une autre chose.

"Le nourrisson ne demande pas à sa mère: je veux du lait, je veux être changé, etc. — La mère voit bien que son enfant a besoin, sans qu'il lui demande. Quand vous vous êtes entièrement donnés à Dieu, quand vous êtes devenu Son enfant — vous n'avez plus besoin de dire ce que vous voulez. Il va vous donner tout ce dont vous aurez besoin et même plus!

"En raison de votre amour envers Lui — laissez-Le devenir l'Être le plus cher pour vous!

"Faites votre sadhana et vous vous rapprocherez de Lui! Alors, vous n'aurez plus besoin de Lui dire ce que vous désirez, — car vous deviendrez pour Lui son enfant chéri. Il viendra vous donner beaucoup plus que ce que vous Lui demandez!

Comme le ventilateur est un instrument, vous êtes aussi un instrument de Dieu. Est-ce le ventilateur qui se met en marche lui-même? Où bien, c'est la force électrique qui le fait fonctionner?" [2].

"Se donner entièrement à Dieu veut dire, Lui consacrer toutes ses pensées et toutes ses actions, sans attendre rien en retour (pour soi-même). Agissez sans porter attention aux résultats, mais parce que c'est votre devoir. L'action est consacrée à Dieu et le fruit Lui appartient.

Les actions, ainsi faites, sans désirer de résultats pour soi-même, sont libres de tout fardeau karmique. Comme l'égo n'est pas sollicité lors de ces actions, il n'est pas nourri ni stimulé, il disparaît bientôt". [2]

Sathya Sai Baba, comme nous l'avons vu, est contre toutes relations sexuelles fortuites, ainsi qu'une sexualité exacerbée. Mais Il appuie le mariage, la vie de famille, y compris tout ce qui est lié à l'éducation des enfants. Le mariage favorise la "dissolution" du "moi inférieur" primitif, car la vie conjugale aide à le transformer en "nous".

Le mariage et le karma yoga nous apprennent à se soucier de son prochain. Ainsi, la capacité de prendre soin des autres augmente. Cela est un attribut de l'Amour. Par ce processus, l'amour peut s'étendre et englober de plus en plus de gens. Le petit moi disparaît dans le "nous" universel.

Les progrès ultérieurs dans cette voie sont assurés par l'utilisation de techniques méditatives qui sont destinées à enlever toutes les couches restantes qui nous séparent encore du Soi Supérieur.

Mais Sathya Sai Baba nous prévient que nous ne devrions pas faire confiance aveuglément aux différents "gurus", quand ceux-ci se proclament être des "gurus". Il dit qu'un vrai guru, c'est celui qui connaît Dieu et sait montrer la voie vers Lui. Mais ces gens sont extrêmement rares. De toute façon, il est toujours mieux de prendre Dieu Lui-même comme guru.

Sathya Sai Baba dit clairement que les techniques méditatives ne sont pas faites pour tout le monde. Les gens se différencient en fonction de l'âge de leurs âmes. Pour les jeunes âmes immatures, la méditation peut être nocive. Peu de gens peuvent comprendre ce qu'est la méditation. Par exemple, se construire des châteaux dans les nuages, et s'imaginer voler vers d'autres planètes est une mauvaise façon de méditer et peut même se montrer dangereux. [2]

La vraie essence de chacun est l'Océan de la Conscience du Créateur. Notre tâche est de nous développer spirituellement de façon pratique (pas seulement au niveau des pensées) — de réaliser cette vérité (cela est la voie spirituelle).

Sur ce chemin l'homme doit se transformer du jiva (âme individuelle, attachée au corps et aux objets matériels) en chit (en une conscience pure, purifiée et perfectionnée jusqu'au niveau du Créateur, identique à l'Atman, au Soi Supérieur) par la voie du bouddhi yoga.

Une âme qui avance sur ce chemin, à partir d'un certain moment, obtient la capacité de voir des plans subtils — en les explorant de plus en plus. La conscience atteint des niveaux supérieurs et apprend à voir Dieu — sous forme de Lumière — Feu Vivant en particulier, — et à interagir avec Lui.

À partir d'une certaine étape du bouddhi yoga les adeptes peuvent percevoir le monde matériel comme "superposé" sur la Lumière de la Conscience Divine. Alors, il devient simple d'y "tomber", de s'y fondre, de disparaître, de devenir Lui. [8]

Mais de tels niveaux de réussite dans la méditation sont possibles que pour très peu de disciples sincères de Dieu. Pour les débutants Sathya Sai Baba recommande la série de pratiques méditatives suivante qui ne peut nuire à personne [2 et autre]:

Allumer une chandelle. Rappelez-vous son image vivement.

Ensuite, transférer cette image à l'intérieur de l'anahata (il est possible de le faire en tournant le dos à la bougie), remplissons-le de sa lumière, visualisons une fleur de lumière s'épanouir. Ensuite, faisons la lumière remplir nos bras, notre tête, les autres parties du corps. Remplissons de la même lumière les corps de nos proches, et ensuite, de tout le monde, des animaux, des plantes…, le monde entier se remplit de lumière, mon être se fond dans la lumière, moi et la lumière ne faisons qu'un, l'image de la lumière ainsi créée se réunit avec la Lumière de la Conscience de Dieu…

La maîtrise de chaque élément de cette méditation peut prendre du temps. Mais c'est un chemin direct vers la connaissance de Dieu, et de l'union avec Lui.

Si l'on inclut dans cette méditation l'Image de Sathya Sai Baba ou d'un autre Maître Divin, alors, la méditation va progresser encore plus rapidement.

Le bhakti yoga, C.-à-d., la réalisation grâce à l'amour envers Dieu, est le yoga le plus élevé, le Plus Droit des Chemins.

La vraie essence (potentiellement) de chaque homme est Dieu Lui-même. Il est vrai que Dieu demeure à l'intérieur de la structure multidimensionnelle de l'homme, tout au fond, dans les niveaux les plus subtils. Il faut apprendre à s'y déplacer avec la concentration de sa conscience, puis y prendre racine. Cela sera Réalisation complète et Absolue, La Réalisation de Dieu en soi, la Délivrance définitive du monde de l'illusion.

On atteint la Réalisation de Dieu par la voie de l'amour, en étant amoureux de Dieu. Cet amour nous permet d'entrer dans Sa Flamme, de nous oublier dans l'Embrassement de Son Amour, de nous réunir avec l'Aimé.

C'est l'unique moyen d'atteindre des niveaux spirituels supérieurs, il n'y en a pas d'autres. C'est ce qu'enseignait Dieu durant toute l'histoire de l'humanité et enseigne encore aujourd'hui. C'est la base de tous les systèmes religieux sérieux. Mais les gens l'oublient toujours, et Dieu doit encore leur rappeler.

Un des problèmes de l'humanité est que les gens n'écoutent pas Dieu, ils écoutent différents faux pasteurs, de faux gurus, des dirigeants de sectes. Les uns se proposent aux autres au lieu de Dieu, en tant qu'objets de culte; les autres parlent de Dieu, mais falsifient Son Message et comprennent tout de travers.

Un exemple de ceci est une secte de "yoga", connue. Là, on disait aux disciples — qu'ils étaient — chacun d'entre eux, Dieu, une partie intégrante de Dieu. Ils "élargissaient" leur conscience, ils se demandaient d'une façon permanente: "Qui suis-je?" La réponse correcte devait être: "Moi Supérieur!", "Dieu!"

Ni le dirigeant, ni les disciples de cette secte ne connaissaient Dieu. Ils ne savaient même pas la direction dans laquelle il fallait Le chercher. Ils ne reconnaissaient pas le repentir, ni la nécessité de purifier la conscience, ni l'amour envers Dieu; à quoi bon, si Dieu, c'est moi-même!

Et si je suis Dieu, toutes mes actions et désirs sont parfaits, Divin! Ce n'est que la manifestation de la Volonté Divine Universelle!

Cette secte a fini par former beaucoup de personnes se prenant pour des "Dieux", saisies et guidées par des passions qui étaient maintenant "légitimées", "Divines" pour eux.

Sathya Sai Baba, répondit à cette question une fois lors d'une conversation. Plein de tact, il dit qu'il désapprouvait l'activité de cette secte et que leur "guru" avait commencé à progresser seulement après avoir terminé cette activité. [2]

Les méthodes de "l'élargissement de la conscience", de sa "cristallisation" — sont très dangereuses, dans le sens que s'ils sont donnés à des personnes qui non pas purifié leur conscience, dont l'intellect n'est pas assez développé, qui sont extrêmement égoïste et cruel, — ils deviennent alors diaboliques, dans le sens propre du terme. Ils se transforment en diables, ils sont condamnés à des supplices infinis, mais le pire, c'est qu'ils favorisent la manifestation des niveaux diaboliques de l'Univers par l'entremise de leurs corps.

Alors, Sathya Sai Baba nous recommande fortement à renoncer à faire confiance à de tels "gurus — et de devenir les disciples de Dieu Lui-même." Laissez Dieu devenir votre guru! Personne ne peut s'interposer entre vous et Dieu! Faites confiance à Dieu — et Lui, va vous aider!

L'Amour envers Dieu — est le droit Chemin menant vers Lui!